Le bonsaï au Japon

Découverte de la gastronomie Japonaise

Découverte de la gastronomie Japonaise, avant propos :

Cet article est largement inspiré par celui de wikipedia sur la cuisine japonaise. Je l’ai volontairement simplifié pour le rendre plus convivial et bien sûr j’ai essayé, autant que faire ce peut, de mettre l’accent sur les plats typiques de l’île de Shikoku.

Les grandes lignes de la cuisine Japonaise :

Elle peut être définie comme la cuisine traditionnelle du Japon, appelée en japonais nihon ryōri (日本料理). Elle est constituée de viandes ou de poissons, de riz ou de nouilles, de légumes et d’algues, généralement assaisonnés avec des condiments locaux. Il est fréquent de manger en accompagnement lors d’un repas une petite soupe ainsi que des salaisons appelées tsukemono, le tout en utilisant des baguettes.

 

Les plats typiques à ne pas manquer :

Les plats les plus typiques sont les sushi et sashimi, les nouilles udon (celles là vont nous intéresser) et soba, les plats à la sauce teriyaki, les fritures et beignets tels que les tempura, ainsi que le tōfu et le nattō.

 

Quelques photos de plats de udon :

[origine : http://en.wikipedia.org/wiki/Udon] ; http://fr.wikipedia.org/wiki/Udon] [licence Creative Commons]

 

Les sanuki udon (讃岐) sont une des spécialités de la préfecture de kagawa, j’espère que nous aurons l’occasion d’en déguster.

Je vous invite à regarder cette vidéo de shikoku news pour découvrir les sanuki udon :

Et la présentation d’un très bon restaurant de udon à Takamatsu :

J’admire la technique pour manger les nouilles. ^^

 

Composition du menu :

Le menu japonais de base suit la règle de l’ichijū issai (一汁一菜, littéralement « une soupe, un légume »), soit :

  • un aliment de base : riz, nouilles, pâtes, ou pain pour un menu occidental
  • une soupe
  • un plat d’accompagnement appelé okazu (御数/御菜/惣菜, okazu), correspondant à notre plat principal
  • des tsukemono (漬物, tsukemono?) : des salaisons lacto-fermentées, généralement des légumes macérés dans le sel.

 

Cuisine traditionnelle :

Il existe différents types de cuisine traditionnelle, considérée comme la grande cuisine japonaise. Historiquement :
  • la cuisine honzen (本膳料理, honzen ryōri) est celle des samouraïs. Née à l’époque de Muromachi (1336-1573), elle est considérée comme étant la cuisine japonaise formelle à l’époque d’Edo (1600-1868), mais décline à partir de l’époque de Meiji (1868-1912). On la retrouve aujourd’hui sous une forme dérivée dans la région de Kōchi sur l’île de Shikoku, appelée cuisine sawachi (皿鉢料理, sawachi ryōri).
  • la cuisine kaiseki (会席料理, kaiseki ryōri) est celle des marchands et des artistes. Son origine se confond avec celle de son homonyme kaiseki ryōri (懐石料理), cuisine de la cérémonie du thé.

Un petit déjeuner traditionnel servi dans un ryokan de Kyoto :

license Creative Commons

 

Et bien sûr les bonnes manières :

  • On ne mange pas avec les doigts, sauf certains fruits et légumes, voire les sushis et quelques fruits de mer.
  • C’est l’aliment qui doit être porté à la bouche et non l’inverse.
  • S’il est possible de tenir en l’air un bol ou une petite assiette, les plats ne doivent généralement pas quitter la table lorsque l’on mange.
  • Il faut finir son assiette.

On trouve néanmoins des spécificités japonaises sur l’art de la table :

  • On utilise des baguettes pour les plats d’origine japonaises, même pour la soupe. Elles doivent être tenues correctement, et ne jamais être plantées dans la nourriture.
  • La taille et la forme des assiettes est adaptée aux plats.
  • L’aliment de base (riz) se met à gauche, la soupe à droite.
  • Lorsqu’un poisson est servi en entier, il est présenté la tête à gauche, le ventre vers le « consommateur » (à l’endroit, en quelque sorte).

Et sur la façon de se tenir :

  • Les plats présentés ensemble, souvent sur un plateau, ne doivent pas être mangés l’un après l’autre, mais tous en même temps, petit à petit, sans les mélanger dans les assiettes.
  • On tient son plat de sa main libre lorsque l’on mange (l’autre main tenant les baguettes).
  • On porte un bol avec la main à plat dessous, tenu au-dessus par le pouce.
  • Dans le cas de plat donburi, on ne mixe pas dans le bol la garniture avec le riz.
  • La soupe et tous les plats doivent être mangés en silence, à l’exception des nouilles (comme vu précédement dans les vidéos).
  • Le couvercle du bol de soupe ne doit pas rester à l’envers sur la table une fois le repas fini, il est généralement reposé sur le bol à l’endroit.
  • Il faut dire « Itadakimasu » (いただきます) avant de manger, « Gotchisōsama deshita » (ごちそうさまでした) après avoir mangé, et « Kanpai » (乾杯) quand on trinque.

Vous prendrez bien une kirin (visible sur la photo ci dessous) avec votre repas. Tous les amateurs de bonsaï connaissent ses légendaires cagettes jaunes sur lesquelles reposent de magnifiques pin en cascade attendant d’être travaillés… Kanpai!

Tonkatsu_set_by_cathykid_in_Tokyo

2 résponses dans Découverte de la gastronomie Japonaise

  1. Zazen Rouge 3 octobre 2011 à 9:06 #

    Bel article! Je n’avais jamais entendu parler de la cuisine sawachi. J’espère qu’on en découvrira plus là-bas ;)

  2. Guillaume B 3 octobre 2011 à 4:35 #

    Merci, j’espère également profiter de notre séjour pour affiner mes connaissances de la gastronomie Japonaise. Je suis trop gourmand pour passer à côté ^^
    En attendant je vais encore faire quelques recherches pour enrichir l’article avant notre départ.

Laisser un commentaire