Le bonsaï au Japon

Séance du club du 06/10/12 & taille en vert

Cette séance au club était pour moi la première où j’intervenais pour réaliser une présentation. Il n’est jamais facile d’investir ce rôle surout lorsque l’on y est très peu préparé. Je vais pouvoir en tirer un peu d’expérience et préparer la prochaine présentation en conséquence. Je vais modifier les supports pédagogiques utilisés pendant la séance et surtout modifier le déroulement de la présentation. Le but final étant d’avoir moins de passivité des auditeurs et un échange plus riche.

club bonsai strasbourg - club des amis du jardin japonais - octobre 2012

club bonsai strasbourg - club des amis du jardin japonais - octobre 2012 club bonsai strasbourg - club des amis du jardin japonais - octobre 2012 club bonsai strasbourg - club des amis du jardin japonais - octobre 2012

Les travaux d’automne sur nos arbres :

J’espère avoir réussi à faire passer le message sur ce qui est important à faire en automne et surtout comment repérer le bon moment pour le faire. On retiendra surtout : la fertilisation, le traitement anti-fongique, le rempotage des caducs si il est possible d’hiverner les arbres hors-gel. A retenir aussi le découpage de la saison en trois périodes avec pour chacune ses travaux associés.

Pour ceux qui l’auraient raté je vous conseille de lire l’article que j’ai rédigé sur ce sujet pour préparer la séance.

Fiche – plan de travail sur nos arbres :

La discussion est venue aisément sur ce thème car elle faisait écho au fait que nos travaux d’automne préparent nos arbres pour le printemps. Je pense qu’il faudra remettre une petite couche sur l’importance d’avoir un plan précis pour nos arbres que l’on va adapter ensuite en fonction de son évolution.

club bonsai strasbourg - club des amis du jardin japonais - octobre 2012

Debriefing :

 La discussion autour des arbres apportés et du plan de travail nous a naturellement ammenés à parler de la taille sur nos bonsaï. C’est un sujet difficile à développer en quelques minutes durant la séance mais je vais vous faire un article dessus (plutôt plusieurs tellement le sujet est vaste) et j’aurai tout le loisir de l’expliquer lors d’une réunion cette année. J’ai pu constater que vous étiez nombreux à être très intéressés par ce sujet.

Les articles à venir sur la taille :

  • la taille de structure
  • généralités sur la taille en vert
  • cycle de travail annuel et taille en vert appliquée aux : zelkovas
  • cycle de travail annuel et taille en vert appliquée aux : prunus mahaleb et mirabelliers
  • la taille en vert des pins sylvestre

Le cycle de travail sur les arbres caducs :

Pour tous ceux qui souhaitent former leurs arbres caducs par la taille uniquement.

Printemps :

  • fertilsiation importante
  • l’arbre pousse
  • on peut réaliser une tailles en vert
    • l’arbre pousse, on nettoie les nouvelles pousses
    • on peut réaliser une tailles en vert… etc etc
    • après un certain nombre de tailles en vert le début de l’été approche et les températures risque de fortement grimper et l’arbre d’arrêter sa croissance. Il est important de laisser croitre cette dernière pousse pour ne pas « bloquer » l’arbre et lui laisser faire suffisament de feuillage pour avoir une grande surface de photosynthèse disponible en automne.

Eté :

  • arrêt de la fertilisation
  • arrêt de la pousse
  • beaucoup arroser

Automne :

  • beaucoup fertiliser
  • reprise timide de la pousse
  • grossissement du bois
  • création des bourgeons pour l’année suivante

Hiver :

  • arbre au repos
  • faible activité racinaire (mais pas nul)
  • taille de structure ou taille de nettoyage en fin d’hiver. La taille de structure intervient lorsque l’on fait des choix importants pour la mise en forme de l’arbre alors que la taille de nettoyage est à faire à la fin de chaque année.

Vous avez le schéma type de ce que je fait. Il est simple à appliquer est à comprendre (enfin je l’espère). A présent je vais détailler le principe de la taille en vert.

Généralités sur la taille en vert :

Objectifs de la taille en vert :

Les objectifs que permet d’atteindre la taille en vert son multiples mais pour faire simple on peut dire que cela permets : de faire ramifier l’arbre, d’obtenir des entrenoeuds courts, d’obtenir des branches avec des mouvements naturels et même de stopper la pousse si on le souhaite.

Quand tailler en vert :

Il est important de savoir quand tailler pour obtenir les meilleurs résultats. Si on taille trop tôt l’arbre mettra longtemps avant de réagir et d’émettre de nouvelles pousses. Si on taille trop tard il n’y a pas de nouvelle pousse.

Pour savoir quand tailler il faut observer de plus près la croissance de nos arbres. Au printemps les bourgeons vont éclore, c’est le débourrement. Ensuite la tige va s’allonger et au fur à mesure de sa croissance les feuilles vont sortir et s’épanouir.

Si l’on ne fait rien, cette croissance va se poursuivre jusqu’à ce que l’arbre ai développé la surface de feuillage qui lui convient. On a alors des pousses assez longues mais avec presque aucune conicité et aucun mouvement. Tailler en vert c’est choisir de travailler à ce moment précis, lorsque la croissance ce fait. On utilise cette période de croissance pour réaliser des tailles et obtenir du bourgeonnement et de la ramification. On pourrait presque dire que chaque taille en vert pendant la saison est une année de gagnée, même si ce n’est pas tout à fait vrai vous le verrez par la suite.

Donc on revient à notre débourrement ; l’arbre commence sa croissance. Vous remarquerez que les premières feuilles sont très rapprochées les unes des autres (et à l’insertion de chaque feuille nous aurons un bourgeon) puis elles vont petit à petit s’espacer.

Au début la tige est toute verte et très molle, c’est une pousse juvenile et la seule chose qui lui permets de s’ériger est la pression de sève qui lui parvient ; à ce moment il est trop tôt pour tailler. Si on taille à ce moment, les bourgeons à l’aisselle des feuilles ne seront pas mûrs et prêts à prendre le relais.

Le bon moment pour tailler c’est lorsque la pousse commence à être moins « molle », on doit sentir une petite résistance lorsque l’on essaie de la plier (doucement). A ce moment là, si on taille, ce sont les bourgeons situés à la base des feuilles qui vont prendre le relais et profiter de l’afflux de sève pour se développer. Il est important de tailler suffisament court pour profiter des premiers bourgeons très rapprochés. On obtient ainsi des entre-noeuds courts, une ramification fine ou du mouvement entre les différents « niveaux » de ramification.

Si l’on attends trop pour tailler, les feuilles auront mûri presque jusqu’à la pointe et lorsque l’on va tailler l’arbre ne va pas émettre de nouvelle pousse. C’est à ce moment là qu l’on peut tailler si l’on veut que l’arbre ne fasse qu’une seule pousse.

Après le première taille en vert :

Après la première taille en vert on en revient à la même étape que le débourrement, une nouvelle croissance va se faire et on pourra de nouveau faire une taille en vert…etc jusq’à ce que l’été soit trop proche pour risquer une taille en vert qui ne repartira pas car les fortes chaleur bloquent la pousse de l’arbre. C’est le point délicat, il faut savoir s’arrêter à temps et ne pas être trop gourmand.

Point important, lorsque l’arbre redémarre après une taille en vert il peut avoir une tendance plus ou moins importante à émettre une grand nombre de pousses au même niveau. Il est important de n’en garder à chaque fois que deux. Sinon vous risquez des boursouflures disgracieuses dû au fait d’avoir beaucoup de branches qui démarrent au même point (très courant sur les pins).

Une réponse différente suivant les essences :

Bien sûr le bonsaï ne serait pas du bonsaï si la même recette s’appliquait à tous les arbres de façon invariable… Vous remarquerez que chaque essence va réagir différement à la taille en vert, il faudra alors adapter votre pratique aux observations que vous ferez. Le zelkova ne réagit pas du tout comme l’orme de chine, le prunus « mirabellier » répondra beaucoup mieux que le kojo no mai… Le lilas des indes va refuser de fleurir et ne répondra que très peu à la taille en vert…

Dans l’article suivant je vous mettrai les explications en image pour le zelkova. En attendant voici les photos de l’évolution d’un semis de zelkova travaillé avec cette technique.

 

zelkova semi bonsai - zelkova semi bonsai - zelkova semi bonsai -

2008 > janvier 2010 > septembre 2010

zelkova semi bonsai - zelkova semi bonsai - zelkova semi bonsai -

avril 2011 > septembre 2012 – septembre 2012

A bientôt sur ActuBonsaï.

Pas de commentaire.

Laisser un commentaire