Le bonsaï au Japon

Revue du bonsai web – juin 2013 n°20

Bonjour à tous,

L’été approche et s’installe timidement en cette année 2013. Cependant la pause estivale, qui sonne la fin des expositions de bonsaï jusqu’à cet automne est belle et bien là. Nous aurons à présent le temps de trier et publier les photos, monter des vidéos, etc avant de reprendre tout ça en automne lors de l’exposition de Saulieu puis de mon voyage au Japon.

revue du bonsai web 20

Les glycines en bonsaï :

Crédits photographiques : TAE KUKIWON BONSAI.

On connaît beaucoup la fête des cerisiers au Japon, mais il faut savoir que le reste de l’année s’accompagne aussi de fêtes en l’honneur d’autres plantes ou fleurs pas toujours traitées en bonsaï. Après les cerisiers ce sont les azalées, puis les glycines, aussi appelées fuji par les japonais, qui nous émerveillent de leur floraison. Viennent ensuite le tour des iris et des lotus. Les azalées ont été traitées dans la précédente revue du bonsaï web, alors pour celle-ci nous allons nous intéresser aux glycines.

Isao Omachi :

Crédits photographiques : Isao Omachi.

Il fait partie de la jeune génération des maîtres japonais et j’apprécie beaucoup son travail, sa fraîcheur et son enthousiasme à partager ses créations. C’est pourquoi une fois de plus il est présent dans une revue du web. Vous pourrez le voir à côté d’un impressionnant pin noir, et voir le passage d’un if de l’état de yamadori brut à un arbre en condition d’exposition.

Bonsai Mori – exposition intimiste :

Crédits photographiques : 盆栽もり Bonsai mori.

Au Japon toutes les expositions de bonsaï ne sont pas constituées d’immenses hall remplis de masterpiece. Vous aviez déjà pu voir des photos d’une petite  exposition organisée par le BONSAI CAFE dans une ambiance très moderne. Aujourd’hui je vous propose de vous plonger dans un univers très intime et discret pour cette exposition organisée par BONSAI MORI.

La société Bonsaï Mori se situe au Nord-Est de Tokyo en direction d’Abaraki (la carte).

Le propriétaire : Takahiro Mori
Né à Tokyo en 1979.

Il débute le bonsaï après avoir obtenu son diplôme universitaire en relations internationales. Il a été apprentis de Koji Tsukahara (lui même formé à Toju-en à Omiya) à Kousyou-en de 2002−2006.
Après son apprentissage, il a travaillé avec Seiji Sakurai (de la pépinière Mansei-En). Il a donné des conférences aux Etats-Unis chaque année au printemps de 2006 à 2009.

Actuellement il travail au musée d’art bonsaï d’Omiya (さいたま観光国際協会Omiyabonsai)comme expert depuis 2009, et à ouvert sa propre pépinière en avril 2013.

Les expositions à venir :

Kusamono :

Crédits photographiques : TAE KUKIWON BONSAI. Maria Rosa Bonet Balaguer盆栽鉢 春嘉.

L’identification des plantes d’un kusamono n’est pas une chose facile, c’est la raison pour laquelle bien souvent aucun mention n’est faite sur les plantes qui le composent. Toutefois sachez que je fais mon possible pour essayer d’obtenir cette information.

Un peu de lecture :

Crédits photographiques : Michael Bonsai.

Le livre de la 82ème kokufu-ten, un petit avant goût avant que vous passiez commande.

What the fuck :

Crédits photographiques : Japan Specialist.

Une révélation inquiétante qui fait voler en éclat une certitude : le plus célèbre des plombiers japonais serait en réalité une plombière. Jugez pas vous même!

fake mario bros japan

A bientôt sur ActuBonsaï,

GuillaumeB

Pas de commentaire.

Laisser un commentaire