Le bonsaï au Japon

Revue du bonsai web – aout 2013 n°21

Bonjour à tous,

Un an ; ça fait un an déjà que j’ai débuté les revues du bonsaï sur le web. Le contenu a bien évolué par rapport aux premiers numéros mais l’idée était là et le format a peu changé. Elles ont été le point de départ de l’essor du blog avec une ouverture de notre vision du bonsaï vers ce qu’il se fait ailleurs.

Tout n’est pas que bonsaï, c’est avant tout le cœur (kokoro) des arts traditionnels japonais que j’essaie de vous transmettre en image. A titre personnel j’apprécie à présent tout autant les kusamono, la calligraphie ou l’ambiance d’une cérémonie du thé que le bonsaï.

Mais assez parlé, voici la deuxième saison des revues du bonsaï web qui débutent.

Isao Omachi :

Crédits photographiques : Isao Omachi.

Je fais donc un pont avec la précédente revue du web pour continuer à vous présenter le travail de ce jeune maître. Cette fois c’est un avant après avec un grand genévrier qu’il nous propose.

Bonsaï Mori – atelier bonsaï et kokedama

Crédits photographiques : 盆栽もり Bonsai mori.

Pour tous ceux qui auraient raté la présentation de la pépinière Bonsaï Mori je vous renvoie à la revue du bonsaï web 20. Je ne surchargerai pas cet article en répétant ce que j’ai déjà écrit mais j’avoue que j’adore l’ambiance de ce lieu et l’esprit très collé à la tradition.

Ces quelques photos montrent les résultats de leur dernier atelier de bonsaï et de kokedama à la pépinière.

Exposition de suiseki à Tokyo

Crédits photographiques : Hiroyuki Suzuki

Début juillet c’est tenu une exposition de suiseki à Tokyo près d’Edogawa-ku. Hiroyuki Suzuki était présent et partage avec nous ces quelques photos. L’ambiance qui se dégage de l’exposition est très douce et pleine de calme.

Masashi Hirao – ambassadeur culturel

Crédits photographiques : Masashi Hirao

Depuis quelques semaines on a vu fleurir sur facebook une série de photos avec un yakuza (qui n’en est pas un) qui fait du bonsaï. Les photographies sont très belles et ont suscité pas mal de réactions. Ce coup de communication on le doit à Masashi Hirao, un jeune maître de bonsaï envoyé par le Japon comme ambassadeur de la culture japonaise et particulièrement du bonsaï. Il a su exploiter les codes vestimentaires et stylistiques des célèbres yakuzas , la mafia japonaise, pour signer ces quelques clichés.  Il est déjà intervenu au Mexique lors de la CMAB, à Istanbul en Turquie, en Italie, etc.

bonsai warrior - masashi hirao 01

Hirao sensei se définit lui même comme un artisan mi-homme mi-arbre dans cette interview.

Kusamono Farfugium japonicum :

Crédits photographiques : Fritz Baier

J’ai longtemps cherché le nom de cette plante, aujourd’hui je vais pouvoir commencer à en rechercher pour faire des petits kusamono à la maison.

kusamono Farfugium japonicum

Pot : Ute Januschka
Propriétaire : Roberto Smiderle
Tablette : Andreas Holzer

What the fuck :

Les routes japonaises peuvent être parfois déroutantes.

what the fuck au japon - mario kart autoroute

J’espère que cette revue du bonsaï vous a plu.

A bientôt sur ActuBonsaï.

Pas de commentaire.

Laisser un commentaire