Le bonsaï au Japon

Histoire d’arbre, un buis : La bouche du dragon

Laissez-moi vous raconter l’histoire de ce buis:

bonsai de buis exposé à Castre en 2011

La Bouche du Dragon en 2011 à Castres

 

Ce Buis fut prélevé par Alain Arnaud en 2002, dans la région de Niort. Michel Sacal avait assisté aux prélèvements des Buis qu’avait sortis Alain.  Après une petite négociation, Michel obtint ce Yamadori, à la condition que Alain fasse la première formation. Durant cette première formation, Michel assista à l’implantation des premières charpentières, une construction typique d’Alain, toujours visible aujourd’hui.

yamadori de buis brut dans sa caisse de prélèvement

Les débuts du Buis

Pendant quelques années, Michel le laissa récupérer dans une grande poterie de culture. l’arbre reprit et commença sa densification.

Premier rempotage du Buis

Premier rempotage du Buis

Le Buis, une fois qu’il eut récupéré, fut nettoyé en vue d’une première formation. Elle fut réalisée comme je vous l’ai dit par Alain Arnaud, en 2005, voici quelques photos de cette mise en forme.

premiers nettoyage du buis

Premiers nettoyages du buis

Premiers travaux de mise en forme de ce buis :

Un premier travail pour dégrossir les bois morts fut mis en place.

Premier travail sur le bois mort du buis

Premier travail sur le bois

Une photo de la pose de ligature avant la mise en forme.

Mise en place de la ligature

Mise en place de la ligature

 

Voici le résultat de la première mise en forme, une photo bien connue.

Première mise en forme du Buis avec Michel Sacal

Première mise en forme du Buis avec Michel Sacal

 

Lorsque je repris le travail de Michel en 2009, il suffisait de souligner le potentiel de cet arbre. Je décidai de bien le laisser pousser pour gagner en végétation et en densification, l’aider à se dessiner, etc.

La Bouche du Dragon en 2009

La Bouche du Dragon en 2009

Dans un premier temps mon souhait était d’avoir l’avis d’un des meilleurs experts que je connaissais dans le domaine. J’emmenai le Buis chez Jean François Busquet, lors du stage annuel que nous organisons tous les ans pour le Club. Un avis éclairé sur la deuxième formation que j’allais pouvoir réaliser. Son idée était assez simple, il fallait le travailler tout en transparence, afin de distinguer l’intérieur de l’arbre. De la légèreté pour cet arbre massif et très brut.

La Bouche du Dragon en 2010

La Bouche du Dragon en 2010

Je me mis à la tâche en commençant par la pose de haubans et le nettoyage d’une partie de la masse végétale qui commençait à devenir trop importante. Il fallait également penser à travailler l’ensemble du bois qui avait été marqué par les outils laissés durant le prélèvement. Patiemment, avec l’aide de gouges, ainsi que de meuleuses, je nettoyais l’intérieur du « corps du Buis », l’intérieur de cette grande « bouche de Dragon ». Un dessin de Vev (Hervé Dora) sur un des forums, me mit sur la piste d’une poterie ovale de couleur beige. Je trouvais mon bonheur rapidement dans la pépinière de notre ami Jacques Galinou. Je décidai également de suivre le conseil de la tablette.

Virtuel dessiner par Hervé Dora

Virtuel dessiné par Hervé Dora

Le rempotage :

Quelques temps après vint le moment de le rempoter. Le rempotage se déroula chez Christophe Durandeau Président du Bonsaï Club Girondin du moment. Nous étions vraiment très excités de voir quel racinaire ce Buis avait pu produire durant toutes ces années. Voyez plutôt!

rempotage de buis avec Christophe

Le rempotage avec Christophe Durandeau

 

Le rempotage avec Christophe Durandeau

L’arbre dans les mains de Christophe

 

Enfin, cet arbre se retrouvait dans une poterie à la bonne échelle.

 

La Bouche du Dragon en 2011

La Bouche du Dragon en 2011

 

L’hiver 2012 fut particulièrement rude sur tout notre pays. Je ne pus protéger cet arbre convenablement durant les trois semaines de gel intensif que nous allions subir. Je le mis directement sur la terre durant une semaine (la plus dure) afin qu’il prenne la chaleur du sol, avant de lui trouver une place dans une chambre froide. Mais le mal était fait…

La Bouche du Dragon en 2012

La Bouche du Dragon en 2012

A la reprise au printemps, il végéta, aucun bourgeon ne fit son apparition : signe qu’il fallait absolument le mettre à l’abri du soleil et dans une relative humidité permanente. Je décidai de le traiter comme une très gosse bouture en pleine reprise. Il fallait de l’eau, peu de lumière et de la chaleur, tout en évitant l’évaporation. Un apport d’engrais foliaire là encore fut primordial, couplé avec un engrais chimique à diffusion lente, en forme de dé.

Enfin en septembre 2012, des signes significatifs de reprise furent enfin visibles. L’arbre était encore faible, il avait perdu un peu de sa superbe, et sa végétation avait quant à elle grandement diminué. Il fallait absolument remédier à cela en le laissant pousser sans le travailler.

L’hiver 2013 ne fut pas aussi radical que son prédécesseur ce qui me permit de le laisser dehors toute l’année.

L’arbre qui avait besoin de force me fit la surprise en avril de faire une très belle pousse. Je fis une petite remise en forme afin de le préparer pour l’exposition régionale organisée par notre club.

La Bouche du Dragon en 2013

La Bouche du Dragon en 2013

 

Cet arbre a été sélectionné pour l’Exposition internationale de Saulieu , vous pourrez le voir en Octobre 2013.

2 résponses dans Histoire d’arbre, un buis : La bouche du dragon

  1. Benoist 16 septembre 2013 à 8:51 #

    Superbe !!! Le pot est vraiment parfait et le bois mort magnifique !
    J’ai hâte de la découvrir à Saulieu :D

  2. Busard 26 mars 2016 à 8:38 #

    Que devient il ?

    BH

Laisser un commentaire