Le bonsaï au Japon

Sumi-do, bonsai-do – la voie de la passion

la voie en bonsai et en sumi-e

En tout premier point je commencerai par vous donner la définition de Do trouvée sur Wikipédia :

Dō signifie la voie, le chemin, la route.

Il désigne un concept  proche du tao chinois.

On peut également le traduire par le mot « principe ».

On le retrouve dans les noms d’arts martiaux : budō.

Bu : martial, do : la Voie…le principe.

Karaté do, judo, aïkido, etc, j’ai moi-même extrapolé en écrivant sumi-do ou encore bonsaï-do.

Mais en sous-jacent à tout cela le plus important est de saisir l’essence de cette philosophie qui se veut avant tout être un mode de vie qui mène à l’harmonie avec l’univers.

Le mot philosophie désigne une activité intellectuelle et une discipline se présentant comme un questionnement, une interprétation et une réflexion sur le monde et l’existence humaine.

Il faut savoir que le fait de vouloir définir la voie est réducteur, une erreur même, car cela limite ce qu’elle est réellement.

La voie est par essence indéfinissable car infinie, elle est universelle et réside en chacun de nous.

Elle est un idéal  une quête pour l’être humain qui cherche à s’épanouir.

sumi-e do

Le Do étant l’essence et l’origine de chaque chose, la source avant l’acte créateur, il s’exprime de la manière la plus simple l’être. Il s’agit des principes clés de l’univers, et implique l’absence de jugement, la vacuité d’esprit et même l’absence d’action Wu Wei .

Le but ultime si on devait en dégager un, serait d’atteindre l’harmonie :

A la fois personnelle, mais aussi avec son entourage et de manière plus universelle, avec la nature.

Pour cela l’homme doit apprendre à reconnaitre la vraie nature des choses, en dépassant les illusions du jugement, de la civilisation et de la culture qui influencent son regard sur le monde.

Modus Vivendi (mode de vie)

En tous ces points l’art du bonsaï et de l’encre se recoupent car en respectant le vivant en l’étudiant nous apprenons énormément sur nous-même.

Nous marchons dans les traces de Socrate et de son fameux connais-toi, toi-même.

A travers la pratique nous devenons humbles, nous apprenons de nos erreurs et  allons avec notre cœur vers l’essence de la vie.

En créant des formes qui avec le temps évoluent nous devenons artisans de notre vie et prenons conscience de l’impermanence, des cycles de la nature. Elle nous apprend que nous devons vivre en équilibre avec elle, qu’il y a un temps pour tout et que nous ne sommes que de passage sur cette terre qui nous nourrit à tous niveaux.

Mon parcours de l’encre :

Personnellement j’ai beaucoup appris en observant la nature en me reliant à ce qui me faisait vibrer. Cela m’a pris du temps de comprendre que ma sensibilité pouvait être un formidable moyen d’expression. Un moyen que nous possédons  tous et avec lequel nous évoluons en choisissant de le laisser s’exprimer ou non. Je ne saurai que vous faire partager que l’aventure est belle et remplie de surprises, bonnes comme mauvaises mais toujours pleine de sens.

Alors continuons à cheminer sur nos passions afin de nous épurer sans cesse tout en gardant un regard neuf sur les choses.

Mon secret ? Tous les matins je me lève en me disant ceci :

Une nouvelle journée commence elle est comme une page blanche que tu vas écrire ?

En bien comme en mal qu’en feras tu ?

Ici et maintenant vivre le présent comme un cadeau et me donner les moyens de m’exprimer, voilà mon objectif.

J’espère par cette réflexion vous avoir aidé  à entre apercevoir le Do, qui est si vaste que quelques mots ne suffiront qu’à laisser un goût de trop peu !

Pratiquer et vivre une passion quelle qu’elle soit est l’œuvre d’une vie, à nous d’en faire une œuvre d’art.

Je conclurai mon article par un poème sur la sagesse de Lao Zi :

Le sage gouverne par le non-faire

Il enseigne par le non-dire

Il ne refuse rien à la foule des êtres

Mais il nourrit chacun sans se l’approprier

Il accomplit sa tâche, sans s’en prévaloir

Il achève son œuvre, sans s’y attacher

Et comme il ne s’y attache pas

Il se maintient…

Pas de commentaire.

Laisser un commentaire