Le bonsaï au Japon

J10 visite à Omiya : kyuka-en

Bonjour à tous,

je sais que vous attendez les photos et l’article sur le musée d’Omiya mais celui-ci étant un musée public il n’est possible de publier que sous certaines conditions. Ils veulent absolument maîtriser leur image et leur communication car c’est leur seul ressource. Je dois donc rédiger l’article puis leur soumettre en validation avant de pouvoir publier quoi que ce soit.

Comme il n’est habituellement pas permis d’y photographier et que j’ai pu obtenir une permission exceptionnelle ainsi qu’une visite du musée avec la conservatrice vous patienterez bien quelques semaines de plus. Et pour vous faire patienter je vous offre un article sur ma visite à Kyuka-en.

les charmes de kyuka-en

La singularité de kyuka-en :

Lors de mes deux séjours au Japon il m’a été donné la possibilité de visiter quelques pépinières. Elles sont bien évidemment toutes différentes, avec leurs spécificités, leurs masterpiece, etc. Mais aucune ne m’avait jusqu’à lors laissé la sensation que j’ai connu à Kyuka-en.

On est très loin de l’ambiance de Mansei-en, la pépinière de la famille Kato également à Omiya, où l’entrée est imposante et où l’on peut admirer d’énormes bonsaï alignés sur des étagères assez hautes. C’est très voyant, presque trop même une fois que l’on c’est habitué à la sobriété japonaise.

A Kyuka-en pas de grosses affiches pour vous indiquer le chemin de la pépinière. je suis même passé devant sans m’en rendre compte. Finalement on a presque l’impression de se trouver devant la maison d’un particulier, avec son petit portail en bois, a ceci près qu’en jetant un coup d’œil on reconnaît de suite quelques arbres bien connus.

zelkova serrata kyuka-en

Je suis accueilli par le fils Murata, qui sera la troisième génération à travailler dans ce jardin. Il travail avec son père à l’entretien de la collection.

Les arbres, le jardin et sa nature :

Visiter kyuka-en c’est comme s’immerger tout entier dans une ambiance particulière. Il n’y a rien de superficiel dans ce jardin et on peut presque sentir la nature y vivre. Les allées sont étroites et de superbes petites plantes essaient de les coloniser doucement, on a la sensation que les kusamono y poussent tous seuls à côté des arbres. Toute la place est utilisée pour installer les arbres. Ceux-ci sont disposés sur des étagères très basses et la nature est présente partout.

les allées de la pépinière kyuka-en

Au final quand on est là-bas on se rend compte que descendre les étagères de nos bonsaï de 40 cm peut tout changer. Les grands feuillus peuvent être travaillés directement sur les étagères sans aucune manutention. L’humidité au niveau du sol est favorisée et l’on peut aisément faire pousser de jolies plantes d’accompagnement. De plus la vision n’est pas bouchée et l’on peut contempler l’ensemble du jardin en un instant.

On est ici très loin du bonsaï spectaculaire, celui qui veut en mettre plein la vue, et pourtant ce ne sont pas les arbres exceptionnels qui manquent. Mais le but recherché n’est apparemment pas de tendre vers le démonstratif, ce jardin c’est de la poésie, il faut apprendre à prendre le temps, à ressentir plutôt qu’à voir.

prunus kyuka-en

Le site officiel de kyuka-en. (version anglaise)

Lien vers le message de Yukio Murata sur le blog de kyuka-en.

La vidéo du jour :

 

Pas de commentaire.

Laisser un commentaire