Le bonsaï au Japon

1979 Kuniaki Hiramatsu en Europe

Bonjour à tous,

Le bonsaï en Europe n’a pas découvert le nom d’Hiramatsu il y a seulement quelques années. Lors du quatrième jour du « Shikoku Tokyo Tour » j’ai eu la chance de pouvoir échanger avec le père de Koji Hiramatsu, Kuniaki-san. C’est un homme discret, et il m’aura fallu deux séjours, à deux ans d’intervalle, pour pouvoir avoir l’opportunité d’échanger avec lui autrement que par une communication non verbale. Les choses sont parfois ainsi au Japon, il faut prendre le temps.

kuniaki hiramatsu - travail sur un pin noir en 2013

Kuniaki Hiramatsu – travail sur un pin noir en 2013

Ambassadeur du bonsaï dans les années 70

Après quelques jours passés à travailler à côté de lui, il s’est décidé à rompre la glace. Je ne saurais pas dire ce qui a fait basculer les choses à ce moment précis ; peut-être que sa curiosité et son envie de partager avec moi son histoire ont été plus forts que la barrière de la langue. Il m’a alors expliqué qu’il était venu en Europe dans les années 70 pour y promouvoir le bonsaï.

interview kuniaki hiramatsu et mr Hashimoto - bonsai club 1979 avril

mise en forme d'un pin en 1979 par kuniaki hiramatsu et mr Hashimoto

Avec Mr Hashimoto ils avaient importés des arbres en Allemagne, et sur quelques photos personnelles on peut le voir à côté de grandes caisses de bois contenant des pins. Il m’a également fait consulter le numéro d’avril 1979 de la revue BONSAI CLUB où l’on peut le voir travailler un shohin à côté de Mr Hashimoto. Quelques polaroids de lui à l’arc de triomphe à Paris m’ont confirmé qu’il était également passé par la France.

portrait kuniaki hiramatsu BONSAI CLUB avril 1979

A droite sur la photo : Kuniaki Hiramatsu – BONSAI CLUB avril 1979

Dommage que les moyens de communication à cette période étaient aussi restreints : pas d’internet, pas de blogs, pas de forums et pas facebook. Ce qui aurait pu être une énorme opportunité pour lancer le bonsaï en Europe et accéder à des informations de première main a été manqué. Le bonsaï balbutiait en France à ce moment là, et je ne compte plus les témoignages de bonsaïka qui me confient avoir passé des années à bricoler dans leur coin sans informations et en tassant de la terre de jardin dans un pot en guise de substrat. Dommage donc car le niveau aujourd’hui serait très certainement différent, il y a eu tant d’années perdues alors que tout était là, fallait-il encore pouvoir en saisir l’opportunité.

BONSAI CLUB magazine - avril 1979

BONSAI CLUB magazine – avril 1979

Ouverture d’esprit et rencontres :

Par la suite Koji m’a confié qui s’il était aussi intéressé pour venir en France, pour pratiquer le bonsaï avec nous, c’est aussi grâce à cette ouverture d’esprit de son père. Très jeune Koji a été confronté à une autre culture que la sienne car Kuniaki-san a fait venir dans leur pépinière un bonsaïka canadien. Les échanges qu’ils ont eu à cette époque ont évidemment influencé Koji, ce qui l’a poussé à s’intéresser à ce qu’il peut y avoir en dehors du Japon et l’a motivé dans son apprentissage de l’anglais.

C’est pour cette même raison qu’il m’a demandé de passer quelques jours dans sa famille, pour que ses enfants comprennent l’intérêt de parler anglais, pour qu’ils découvrent un peu la culture occidentale, pour leur apporter cette ouverture au monde et à la différence qui les enrichira pour plus tard.

Je pense également qu’il l’a fait pour m’ancrer encore un peu plus profondément dans la culture japonaise. Il m’a d’ailleurs dis, à plusieurs reprises lors du séjour, qu’il pense que c’est ma destinée de venir vivre au Japon.

kuniaki hiramatsu - 2013

couverture bonsai club avril 1979

 

4 résponses dans 1979 Kuniaki Hiramatsu en Europe

  1. jean-luc edon 21 décembre 2013 à 9:18 #

    bonjour, tres bien pour cet article sur le bonsai dans les annees 70. tres interessant aussi car on peut mesurer l’evolution du travail , de la recherche en matiere d’esthetique suivant les modes . j’aime bien les bonsai de ces annees , ce sont ceux que j’ai decouvert lorsque j’ai commence a pratiquer . j’ai reconnu avec plaisir l’arbre de la couverture « BONSAI CLUB , un orme du japon « nire » je pense.. qui est represente dans le petit  » ATLAS PAYOT », cet arbre est un exemple de simplicite et de perfection pour l’allure naturelle qu’il represente. bravo encore .

    • Guillaume B
      Guillaume B 21 décembre 2013 à 11:23 #

      Merci Jean-Luc,
      Je trouvais intéressant de faire ce genre d’article un peu plus axé sur l’histoire contemporaine du bonsaï. Si je retourne à Kyuka-en je pourrai faire la même chose car Mr Murata collectionne les vieux livres et les vieilles revues et dans certaines on peut voir ses arbres.

  2. oli bonsai 30 décembre 2013 à 1:50 #

    Un grand merci à toi Guillaume, pour toutes ces infos et infos historique, super continue comme ça bravo et pour les partages sur Facebook ,vidéo sur Youtube… enfin pour te dire que c’est agréable de lire tes articles et anecdotes ou voir les vidéos, photos des expos ou voyages que tu fais. bonne continuation pour l’année 2014 . oli bonsai

Laisser un commentaire